Cuisine centrale : mon opinion

Cuisine centrale : un projet de 2 millions d'€ pour le Palais, mon opinion

Depuis 4 à 5ans Mme le Maire, prenant prétexte d'un contrôle des services vétérinaires ( non transmis aux élus) qui auraient fait un certain nombre d'observations, a dans l'idée de construire une nouvelle cuisine centrale.

Au lendemain des dernières élections municipales il a été confié au cabinet d'étude CRESCENDO CONSEIL basé à Châteauroux, spécialisé dans le pilotage et la coordination de chantier de BTP, de préparer et suivre le projet de réalisation d'une nouvelle cuisine centrale pouvant servir de 450 à 750 repas* en liaison froide**

3 options sont proposées: 1) reconstruction sur les lieux actuels. 2) construction d'un projet associé à une éventuelle nouvelle maison de retraite. 3)construction d'une cuisine derrière la salle André Dexet ***

 En juin 2014, le cabinet CRESCENDO CONSEIL a rendu sa copie, Mme le Maire a refusé, malgré nos demandes répétées de nous transmettre le rapport des experts afin que nous puissions l'étudier et le mardi 23 septembre, en moins de 10 diapos dont 5 étaient des tableaux de chiffres illisibles sans études sérieuses, on nous a présenté une synthèse du rapport.

Le projet est lancé, Le Palais aura sa ''grande''cuisine centrale totalement neuve pour un coût avoisinant les 2 millions d'€ et financé par un emprunt de 30 ans.

Mme le Maire veut sa grande cuisine comme d'autres maires veulent leur grand stade, même s'ils n'ont pas d'équipe pour mettre dedans. Ce sera la grande réalisation du mandat, mais surtout un projet inutile car un autre choix est possible, beaucoup moins cher, et ce sera surtout une réalisation qui va se faire au détriment d'autres équipements qui font cruellement défaut dans notre ville

L'autre choix possible.

 

la cuisine centrale a besoin d'être mise aux normes, elle est trop petite, le personnel y travaille dans des conditions difficiles , il faut la rénover.

On a refusé de nous transmettre le rapport des experts car une autre solution pouvant répondre aux besoins d'une cuisine moderne, fonctionnelle, plus grande, avec de bonnes conditions de travail apparaissait possible dans le cadre de l'école J Giraudoux.

Dans le rapport des experts il ressort que la structure de l'école J Giraudoux est saine, les murs ne sont pas porteurs. Alors, pourquoi, si ce n'est pour démontrer que c'est impossible prévoir le projet d'agrandissement de la cuisine centrale vers l’extérieur, ce qui impose des contraintes techniques importantes et onéreuses et ne pas prévoir un agrandissement vers l’intérieur : d'un coté il y a un large hall qui ne sert que de passage pour rejoindre la cour ou le préau, de l'autre un réfectoire qui peut être facilement élargi sur la cour, ce qui ne nécessite pas une structure du même niveau que pour une cuisine centrale (donc un coût moindre).

L'autre énorme avantage d'un agrandissement vers l’intérieur serait de permettre de conserver : une grande partie du matériel qui a été totalement renouvelé dans le début des années 2000 ( matériel de cuisine, armoire réfrigérante, lave vaisselle haute température.. ) idem pour les canalisations et réseaux qui pourraient être maintenus en place.

Un tel projet pourrait répondre aussi bien aux exigences sanitaires qu'aux besoins légitimes du personnel.

L'estimation financière d'un tel projet n'aurait rien de comparable avec celle annoncée, les économies réalisées permettraient de lancer un vrai débat car le problème de la restauration scolaire n'est pas seulement un problème technique, c'est en premier un choix : quelle restauration scolaire voulons-nous pour nos enfants ?

Aujourd'hui, ce qui était la ''cantine '' a évolué et, si maintenant on parle de restauration scolaire, c'est que derrière ce changement de nom se trouve une nouvelle réalité.

Les femmes sont aujourd'hui de plus en plus nombreuses à avoir une une activité professionnelle, de ce fait, les enfants sont plus nombreux à rester à la cantine qui est devenue un moment à part entière de la journée à l'école même si le temps et la restauration scolaire restent du ressort des collectivités. Beaucoup de municipalités ont réfléchi pour que ce moment soit partie intégrante de la journée scolaire, de l'apprentissage des enfants au'' vivre ensemble''

Les Selfs remplacent les tables traditionnelles favorisant la prise d'autonomie des enfants, les aliments sont réfléchis pour développer le goût, l'apparition du BIO pose la question de la qualité des produits, liés souvent aux saisons, aux circuits courts de distribution...

Le temps ''restauration'' est dans de nombreuses collectivités préparé , débattu avec les parents d'élèves, les enseignants... rien de tel au Palais.

La cuisine centrale va donc se réaliser et alors que cela aurait pu être l'occasion d'avoir un vrai débat pour une restauration scolaire moderne, pour un vrai projet pour les enfants associant élus, personnels, parents d'élèves et enseignants, nous assistons encore à une nouvelle occasion manquée pour le Palais qui va peser pour 30 ans sur les finances de notre ville !

--------------------------------------------------------------

 

* pourquoi prévoir 750 repas, alors que le Palais compte un peu plus de 500 élèves ?

** en liaison froide, les plats cuisinés sont suivis immédiatement d'une réfrigération rapide, conservés plusieurs jours dans des chambres froides à +3°. Ils sont ensuite réchauffés avant d'être servis aux enfants ; inversement, la liaison chaude oblige la livraison le jour même des repas confectionnés. Gustativement, les plats sont meilleurs que les repas réchauffés)

***ce lieu décidé en bureau municipal sans débat au Conseil Municipal est-il judicieux ? Une cuisine centrale, avec tous les camions qui circulent, pour apporter les marchandises et transporter les repas n'aurait-il pas sa place dans une zone d'activité ou une friche réhabilitée ?) .