le 30 mars au Palais : vers un nouvel incinérateur ?

CONSTRUIRE UN NOUVEL INCINERATEUR A BEAUBREUIL EST-CE LA SEULE SOLUTION POUR TRAITER LES DECHETS OU EXISTE-T-IL UNE ALTERNATIVE POSSIBLE ?

Telle était la question que souhaitaient aborder les différents représentants des associations qui avaient proposé ce débat mercredi 30 mars au Palais sur Vienne.

C’est devant une salle bien remplie que pendant plus de 2h  les représentants des associations Yvan Tricart pour Barrage Nature Environnement, Thibault Turchet pour ZeroWaste, Martine Laplante pour les Amis de la Terre, Philippe Clair pour le Conseil de quartier de Beaubreuil, Didier Tescher 1er Adjoint de Rilhac, Jean Louis Pagès Conseiller Régional ont pu présenter, en s’appuyant sur les lois nouvelles, les directives européennes, les nouvelles compétences de la Région en matière de gestion des déchets,  l’alternative qu’ils proposent à la place du projet d’un nouvel incinérateur.

Pourquoi engager le débat maintenant :

L’Agglomération de Limoges ayant en 2015 lancé le débat sur le projet de construction d’un nouvel incinérateur au même endroit que l’actuel (dont la fin de vie est prévue pour 2022), il est apparu opportun aux associations concernées de faire connaître ce projet, sans attendre l’enquête publique qui ne portera alors que sur le choix retenu par les décideurs, sans pouvoir se prononcer sur les alternatives possibles.

Questions abordées :    

Lire la suite : le 30 mars au Palais : vers un nouvel incinérateur ?

​Pour des alternatives au projet du nouvel incinérateur

Dès maintenant retenir le 30 Mars 2016 Le Palais sur Vienne Salle des fêtes. 

Pour des alternatives au projet du nouvel incinérateur sur l'agglomération de Limoges

Alors que s'est tenue à Paris la COP21 fixant pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre pour ralentir le réchauffement climatique, l'Agglomération de Limoges, responsable du traitement des déchets, se propose de construire un nouvel incinérateur plus gros et plus puissant en lieu et place de celui existant arrivé en fin de vie .

Au départ , en 1989, avait été prévu un incinérateur pour traiter les seules ordures ménagères de l'Agglomération de Limoges le civisme et la démarche de tri des citoyens ont permis de réduire le volume des déchets, mais plutôt que de diminuer la taille de l'incinérateur, les décideurs ont décidé en 2002 de l’agrandir pour accepter les déchets assimilables venant du CHU, des industriels de l'Agglomération, puis comme l'incinérateur était toujours en sous utilisation, décision fut prise de recevoir tous les déchets de la Haute-Vienne en 2012 suite à l'incapacité du département de réaliser une solution alternative pérenne.

​D'une capacité de 110 000 tonnes par an, il fonctionne actuellement à 99% de ses possibilités.

Le projet de nouvel incinérateur est envisagé pour brûler en plus les déchets de la Creuse.

Lire la suite : ​Pour des alternatives au projet du nouvel incinérateur

ALVEOL

ALVEOL Bellac:  Le SYDED et le Conseil Général 87 sur le banc des accusés
Compte rendu de la CLIS d'Alveol du 18 janvier 2012 (Commission locale d'information et de Surveillance)
Le centre de traitement Alvéol est  censé recevoir les déchets ultimes des 190 communes du département dans des casiers étanches en forme d’alvéoles, il est piloté par le Syded. ( Syndicat Départemental pour l’Élimination des Déchets Ménagers et Assimilés créé en avril 1997 à l’initiative du département de la Haute-Vienne).
Le lieu d'implantation, le Bois du Roi sur Bellac et Peyrat-de-Bellac, a été imposé à la population riveraine et aux deux communes. Ce choix imposé impliquait de la part du Syded  une obligation de résultat.
Au départ, une idée simple: chacun crée des ordures il faut les traiter, le choix de le faire  dans un centre de stockage est une des solutions.

Mis en service en Mars 2009, Alvéol accueille les ordures ménagères, mais aussi les encombrants des déchetteries et les déchets industriels banals (tels les emballages et films plastiques).
Dans son magazine de Décembre 2009 le Conseil Général parle ''d'équipement exemplaire,

article du POPULAIRE

 

Lire la suite : ALVEOL

RFF à St-Bonnet de Bellac

Compte-rendu de la réunion de RFF à St-Bonnet de Bellac le 6 Décembre 2011. :

présentation de la maquette en 3D du tracé sur la traversée de la commune

(compte rendu Jean louis Teytaud,michèle Tricart)pris sur le site de la CRI : http://cri.lgv.limogespoitiers.info


But de la réunion pour RFF:
- présentation du tracé en 3D par RFF sur la traversée de la commune de st-Bonnet, présenté (de Limoges vers Poitiers) ne comporte pas les insertions paysagères, les clôtures...

-question immédiate d'une habitante de l'Hopital : pourquoi  le tracé évite ici une réserve de chasse au détriment de lieux sensibles pour l'habitat , alors qu'à Bellac vous traversez le bois du Roi.

RFF : ce n'est pas toujours possible d' éviter des zones sensibles, dans ce cas, il y a compensation.l y aura à l'enquête publique des cahiers territoriaux pour faire ressortir les études d'impacts,

nouvelle question-Le tracé est-il fixé?

-RFF : aujourd'hui il peut bouger dans une bande de 500m, mais c'est difficile, ça peut bouger après l'enquête publique
- Yvan Tricart fait remarquer à RFF qu'il est très difficile voire impossible d'obtenir des modifications ou des aménagements une fois l'enquête d'utilité publique clôturée et lorsque ces aménagements n'étaient pas prévus initialement. "Si" répond RFF ! "voir les aménagements réalisés sur l'autoroute Amiens-....... aménagements qui ont été décidés après la clôture de l'enquête d'utilité publique". A cela, Stéphane Lafaye et Yvan Tricart rétorquent que les travaux sur une autoroute laissent beaucoup plus de latitude de modifications qu'une ligne LGV qui nécessite un tracé nettement plus "rigide".
- Michèle Tricart demande si, dans le cas d'un village coupé en deux par la LGV (par exemple le Déjai à Peyrilhac), le tracé peut être modifié ou une tranchée couverte prévue après l'enquête d'utilité publique . RFF répond que les Pouvoirs Publics peuvent, par décret, imposer de telles modifications. La salle reste sceptique sur ces affirmations.......
- Devant la tournure que prennent les débats, M. le Maire de St-Bonnet demande à ce que les débats se recentrent sur le tracé dans la commune.

Analyse du tracé :

Lire la suite : RFF à St-Bonnet de Bellac

La chronique des impactés

Le 5 mai l'association Barrage dont je me trouve être le Président organise une réunion publique à propos de la LGV Limoges Poitiers.

Suite à cette réunion,de nombreuses associations, après avoir pris connaissance de ce dossier, ont décidé d'informer leur population sur ce projet ahurissant. "
02 juin:
Organisation d’une réunion du Collectif à Bonnac.
09 juin
: Manifestation devant le Conseil Régional.

Lire la suite : La chronique des impactés