je suis contre l’état d’urgence

Je ne veux pas être hypocrite. je suis contre l’état d’urgence 

Je n'approuve pas le discours de F Hollande au congrès à Versailles. 
Reprendre aujourd'hui le discours sécuritaire de la droite et du FN qui s'en félicite bruyamment ne peut entraîner que la confusion des idées et crédibilise ce dernier

je suis contre l’état d’urgence : les perquisitions de nuit, les écoutes spécifiques sont déjà autorisées par la loi antiterroriste, mais par contre cela dispense les forces de police ou militaire de tout contrôle avant intervention, autorise des privations de libertés et assignation sans encadrement judiciaire.... L'histoire rappelle tristement, y compris en France, que chaque fois que des mesures d'exception ont été adoptées, ce sont les forces syndicales, démocratiques et en fin de compte les libertés, qui ont été touchées...

Comment peut-on nous demander de se battre, ensemble, pour la défense de nos valeurs démocratiques, si nous commençons par renoncer à ces idéaux 

Vaincre le terrorisme, en France passe, par en supprimer les causses en développant, contrairement à l'état d'urgence, plus d’égalité, de justice sociale et de liberté, ce qui implique une vraie lutte contre le chômage et la précarité, contre tous les racismes et discriminations. 

De même au niveau international, reprendre la phraséologie de G Bush après les attentats du 11 septembre parlant de situation de guerre entraînant une réponse de guerre (l'intervention en Afghanistan et Irak); F Hollande tombe dans le même piège que BUSH tendu par les jihadiste comme le dit D De Villepin qui a combattu à l'ONU l'intervention en IRAK « Ce n’est pas parce qu’une bande d’assassins fanatiques nous déclare la guerre que l'on doit tomber dans le piège de la surenchère. Ces attentats sont en grande partie liés à un processus historique qui s’est accru avec les interventions en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie et ailleurs, et qui ont toutes rajouté de l’huile sur le feu et en grande partie enfanté l’Etat islamique. Il n’y a pas de contre-exemple, l'escalade guerrière menée depuis des décennies a conduit à l’échec. 
L’urgence devrait être de rechercher des solutions politiques et pacifiques à l'ONU à ces différents conflits qui servent de terreau aux terroristes et de répondre à la question du financement du terrorisme, notamment l’achat du pétrole et la vente d’armes en rompant avec quelques-unes de nos accointances coupables comme l'Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie voire Israël . ..