Mettre Limoges à 2h30 de Paris voire un peu moins.

La priorité à la ligne Polt s'impose comme une évidence

Près de 60 maires, présidents de Départements, Région et parlementaires demandent l'inscription prioritaire de la ligne Paris-OrléansLimoges-Toulouse (POLT) dans la future Loi d'Organisation des Mobilités.

Mettre Limoges à 2h30 de Paris  du 2/12/2017
Mettre Limoges à 2h30 de Paris voire un peu moins.

Ouvertes le 19 septembre dernier, les Assises nationales de la mobi-lité vont permettre de définir les investissements à réaliser en matière d'infrastructures de transports au cours des 10 prochaines années. Dans ce cadre, 24 parlementaires, 16 maires, 8 présidents de Département, plusieurs représentants de Région ainsi que l'association Urgence ligne POLT ont déjà signé une déclaration commune. D'autres signatures sont en cours de réception.

Au-delà du soutien massif qu'elle a reçu, cette déclaration est aussi une première puisqu'elle propose une position commune à tous les territoires de POLT. Afin de passer à une phase active, la déclaration a été remise mercredi à Philippe Duron, président du Conseil d'o-rientation des infrastructures, qui devra préparer la future Loi d'organisation des mobilités (1er semestre 2018) et en assurer le suivi. Le rôle du conseil sera déterminant puisqu'il aura la charge de proposer une planification des in-vestissements sur 10 ans.

La délégation reçue mercredi au secrétariat des Assises nationales de la mobilité a notamment défendu l'urgence des travaux de régénération et, au-delà, de modernisation sur la ligne. Les principaux enjeux étant le relèvement sensible des vitesses avec un program-me d'investissement à engager dès 2020-2022, afin de gagner, avec des trains neufs, 40 à 45 minutes de Paris à Toulouse dont 30 minutes sur la section Paris-Limoges mettant ainsi Limoges à 2h30 de Paris, voire légèrement moins pour un ou deux rapides directs, et ce avant 2025.

Cette délégation était composée de

Lire la suite : Mettre Limoges à 2h30 de Paris voire un peu moins.

Limoges à 2h30 de Paris, c'est possible

Limoges à 2h30 de Paris, c'est possible

 du 26 mars2018

Répondre aux attentes de la future loi d'orientation des mobilités en mettant Limoges à 2h30 de Paris, c'est possible avec la ligne POLT. C'est ce que démontre l'étude commandée par l'association Urgence POLT et accessible dès aujourd'hui sur le site de l'association : www. urgencelignepolt.fr.

Samedi matin le maire de Limoges recevait, salle du conseil municipal, l'assciation Urgence Polt. Une première pour la Ville qui a adhéré à l'association en janvier dernier. Une adhésion très appréciée par l'association, car elle renforce encore ses prises de position. Pour Emile Roger Lombertie l'adhésion à cette association relève d'un engagement vis-à-vis du territoire, dépassant les clivages politiques, «l'association compte des élus allant du PCF aux Républicains», souligne-t-il avant d'ajouter : «Notre volonté est de défendre notre territoire coincé entre les deux pôles attractifs que sont l'Atlantique et l'Est de la France. Nous sommes au milieu d'une zone oubliée des transports aériens et ferroviaires. Développer le POLT est aussi important pour la métropole de Toulouse que pour le Lot, la Dordogne, l'Indre, le Limousin etc., c'est important pour l'ensemble des territoires traversés par cette voie. Il faut, et le plus tôt possible, du matériel neuf sur cette ligne, les habitants de ces territoires ont droit eux aussi au respect de l'Etat, les entreprises ont aussi cette attente», indique Emile Roger Lombertie.

Le président de l'association, l'ancien député du Cher Jean-Claude Sandrier a donc rappelé, au cours de cette réunion, que son association avait commandé une étude afin d'examiner toutes les pistes permettant un trajet Limoges-Paris en 2h30mn. Il a souligné, «le cabinet Arcadis, qui a effectué cette étude, est l'un des plus compétents en France dans ce domaine. Il a réalisé plusieurs études pour SNCF-Réseau, notamment sur les nœuds ferroviaires de très grandes villes et sur les schémas de secteurs de lignes transiliens avec des issues positives aux problèmes posés». Une précision qui devrait éviter toute velléité de contestations. Cette étude a pu être finan-cée grâce au soutien de 25 collectivités,

Lire la suite : Limoges à 2h30 de Paris, c'est possible

Assemblée générale de BARRAGE NATURE ENVIRONNEMENT

Assemblée générale de BARRAGE NATURE ENVIRONNEMENT

Le mercredi 09 décembre 2020 se tiendra l'assemblée générale de Barrage Nature Environnement en visioconférence à partir de 20h.

Bien que cette année fut fortement perturbée par la covid-19, elle a été riche sur les thématiques liées à l’environnement. Barrage Nature Environnement, bénéficiant de l'agrément pour la protection de l'environnement au niveau départemental, a pu tout-de-même poursuivre ses objectifs de préservation des écosystèmes et de proposition d’alternatives aux projets impactant l’environnement.

La forte implication des bénévoles de l’association a permis notamment de contribuer au débat public lors des élections municipales sur les thématiques de la co-construction des politiques locales, de l’urgence climatique ainsi que de la gestion des déchets.

Nous avons été consultés lors de l’élaboration du Schéma de Cohésion Territorial de l’agglomération de Limoges en tant qu’association agréée. Nous avons aussi pris part à l’enquête publique sur le Plan Climat-Air-Énergie Territorial de Limoges pour lequel nous avons demandé à devenir membre de son comité de pilotage. Nous continuons d’être investis au sein de l’association Urgence Ligne POLT.

Nous avons pu participer à la seule commission de suivi de site qui a pu se tenir avant le confinement, qui fut celle de l’incinérateur de Limoges, pour lequel nous soutenons qu’il est urgent de réduire la quantité de déchets incinérés et de laisser souffler la population victime d’accumulation de substances toxiques émises par l’incinérateur depuis 1989.

Si vous souhaitez en savoir plus, nous vous invitons à consulter le compte-rendu exhaustif de l’année écoulée.

Rencontre entre les associations environnementales et les garants CNDP sur le projet d’A147

Rencontre entre les associations environnementales et les garants CNDP sur le projet d’A147

Présents : Kasia Czora, garante, Walter Acchiardi, garant, Michel Galliot et Michel Teissier pour LNE, Yvan Tricart pour Barrage, Daniel Laplaud et Christian Lamouric pour l’ADUR, Marcel Bayle pour la CRI.

Walter Acchiardi rappelle ce qu’est la CNDP et quel est son rôle. La CNDP a décidé qu’en l’espèce, il s’agira d’une concertation préalable : ce dispositif est moins puissant que le débat public, mais c’est une vraie concertation publique.

Nous comprenons qu’il faut différencier le maître d’ouvrage de la concertation et le maître d’ouvrage du projet d’aménagement routier. La CNDP dispose de 250 garants (pour l’ensemble des dossiers relavant de ses compétences) et peut parfois être maître d’ouvrage de la concertation. Dans le cas qui nous occupe, le MO du projet d’aménagement est aussi MO de la concertation préalable. En pratique, c’est la DREAL.

Michel Galliot demande quelle est l’articulation avec le débat public. Pour Walter Acchiardi, le MO de la réalisation du projet d’aménagement ne sera pas nécessairement in fine le MO de la concertation car le projet n’est pas arrêté à ce stade. On est en amont pour parler de l’opportunité et c’est ce qui justifie l’existence d’une variante, avec la possibilité que les participants à la concertation puissent en proposer d’autres. Kasia Czora précise que c’est l’État qui porte le projet en rappelant que c’est bien le ministre des Transports qui a saisi la Commission nationale du débat public. La DREAL est donc la responsable du projet : elle est le MO de fait de la concertation et du projet.

Calendrier : le temps presse : selon la loi, la concertation préalable doit durer entre 15 jours et 3 mois (temps défini par une ordonnance de 2016 qui a étendu le droit de participation après le drame de Sivens). Walter Acchiardi confirme que c’est la DREAL qui porte le projet en fait car c’est le ministère qui a saisi la CNDP sur le fondement de l’article L121-8 du code de l’environnement. Ici les garants définissent le domaine de la concertation. Puis le MO se présentera en plénière de la CNDP. La CNDP jugera si les modalités de la concertation prévue sont correctes. Puis sera ouvert un site pour une concertation dématérialisée.

Aujourd’hui les garants présents font une analyse de contexte pour rendre la concertation la plus adaptée possible. En tant que garants, ils conseillent le MO. Leur principal interlocuteur personne physique est le chef de projet : Michel Duzelier à la DREAL Bordeaux.

Si après cette concertation préalable le projet est maintenu

Lire la suite : Rencontre entre les associations environnementales et les garants CNDP sur le projet d’A147 

TER Limoges Poitiers 26 mai Bellac

26 mai à Bellac: il y a eu un vrai débat

Faire du TER un train d'avenir tel  était l'objectif de la réunion de Bellac l'article de l'ECHO

Jeudi 26 mai a eu lieu une réunion-débat publique invitée par Jean-Michel Doumeix (maire de Bellac), et Claude Peyronnet (maire adjoint de Bellac, Conseiller Général de la Haute-Vienne) et animée par Marcel Bayle (professeur à la faculté de Droit de Limoges) sur le thème : " Le TER Poitiers-Limoges, un train d'avenir."

Il s'agissait d'échanger, de présenter des propositions, et de décider des actions pour faire du TER Poitiers-Limoges un vrai train d'avenir. Ils invitent à cette réunion les différents partenaires RFF, SNCF, élus, syndicats, usagers et leurs associations.
La Coordination des Riverains et  Impactés, (CRI) consciente de l'impact positif en terme de développement socio économique et environnemental pour les territoires traversés et desservis par le TER Poitiers-Limoges, s'était associée à cette initiative des élus bellachons.

Des élus régionaux, des conseillers généraux et des maires étaient présents dans la salle.

A la surprise satisfaite de Jean-Michel Doumeix, la salle J. Blanzat était pleine à craquer

Lire la suite : TER Limoges Poitiers 26 mai Bellac