Une chaine humaine encercle l’Ayraultport

chaine ayraultportPour les organisateurs, cette journée est un véritable succès. "Nous avons bouclé la chaîne, plus de 25 000 personnes sont sur place, et ça continue à arriver", ont annoncé les organisateurs peu après 14 h 30. Cette chaîne humaine géante de 25 kilomètres devait encercler toute la zone du projet.

Selon les organisateurs, 40 000 personnes ont répondu à leur appel, "comme le 17 novembre", lors d'une première grande manifestation contre ce projet, alors que des opérations d'expulsion des opposants par les gendarmes avaient débuté un mois plus tôt. La préfecture de Loire-Atlantique a elle estimé la mobilisation à 12 000 personnes à 15 h 45, en précisant que la chaîne n'était pas complète sur certaines portions.

"C'est une victoire"

 

chainehumaine"C'est une victoire de la mobilisation citoyenne", a souligné sur place Jean-Philippe Magnen, porte-parole d'Europe Écologie-Les Verts (EELV), venu participer à la chaîne avec les principaux dirigeants d'EELV comme le secrétaire national, Pascal Durand, ou l'ancienne candidate à la présidentielle, Eva Joly. Des opposants se réclamant pour la plupart des plus de 200 comités anti-Notre-Dame-des-Landes de toute la France, de Savoie, de Lille, de Béziers, mais aussi de nombreux manifestants venus de Bretagne, avaient fait le déplacement en famille, en voiture ou en autocar.

Des opposants se réclamant pour la plupart des plus de 200 comités anti-Notre-Dame-des-Landes de toute la France, mais aussi des représentants de partis politiques comme le NPA ou Europe Écologie-Les Verts (EELV) et le Parti de gauche, étaient présents. "Le projet n'est pas abandonné : ce que nous voulons, c'est l'arrêt de ce projet", a déclaré l'ancienne candidate à la présidentielle d'EELV, Eva Joly, qui s'est rendue sur les lieux.

ayraultport depuis helicoVenus de toute la France

Des habitants de Béziers, de Lille ou de l'Hérault ont passé la nuit sur les routes pour arriver à temps. Des retraités en tenue de randonnée mais aussi des familles entières avec de jeunes enfants étaient présents, munis de drapeaux à l'effigie du mouvement d'opposition, un avion barré de rouge.

"Nous avons bien conscience que les porteurs du projet n'ont pas intention d'abandonner et que leur stratégie est l'enlisement", a pour sa part souligné une des opposantes historiques, Françoise Verchère, conseillère générale (Parti de gauche) et présidente du Cedpa (élus doutant de la pertinence de l'aéroport).

D’après Le Point