PS de l'indre

Le parti socialiste de l'Indre vient de publier un communiqué contre la promotion de la LGV LP qui ne peut se faire qu'au détriment du POLT: il demande un arbirage national

 

COMMUNIQUE DE PRESSE  du groupe PS  au Conseil Général de l'INDRE

Chaque fois que le dossier P.O.C.L est venu en débat, nous avons soutenu les démarches entreprises par les partenaires et élus du département dans la mesure où un raccordement sur une ligne à grande vitesse  se ferait au plus près de notre département et lui serait donc utile.

En même temps, nous avons toujours considéré que la modernisation du POLT était une priorité, une nécessité absolues car  cette liaison est la seule  qui, actuellement, et encore pour longtemps sans doute ,  nous relie à Paris et vers le Sud.

Ce que vient d’écrire le Directeur général des infrastructures du Ministère  de l’Ecologie au Comité des financeurs de la LGV Poitiers Limoges est plus qu’inquiétant. En effet,  par ce courrier, le gestionnaire du trafic ferroviaire  envisage de réduire de près de moitié les services du POLT pour « améliorer le bilan socio- économique de la LGV » . Pire, on demande aux élus de valider cette hypothèse pour justifier la future décision nationale. On voit donc bien que les poids lourds politiques de tous bords  continuent  à promouvoir la LGV Poitiers Limoges , que la ligne POCL a de plus  en plus de mal à s’inscrire dans les projets nationaux et qu’en plus, on tente de sacrifier le POLT, tout en annonçant d’ailleurs des crédits conséquents pour sa modernisation. Comprend qui peut ??? ce que nous comprenons, nous, c’est qu’une fois de plus, l’Indre   est totalement délaissé.

Il ne se dégage ici de volonté d’aménagement que pour quelques territoires  tandis que les autres doivent  se sacrifier. Ce n’est pas admissible et ce n’est pas notre conception de la solidarité territoriale.

Notre groupe souhaite une réaction forte et unanime et appelle  à un arbitrage national qui soit juste.  C’est ce que  nous allons exiger  dans un prochain courrier adressé aux  autorités ministérielles.

 

A Pasquer