Rapport Bianco : confirmation

Rapport Bianco : confirmation des orientations que nous avions eues lors de la rencontre à l'Elysée d'Octobre 2012


Jacques Auxiette (serrant la main à Jean-Marc Ayrault) et Jean-Louis Bianco (en arrière-plan) remettent leurs rapports sur la réforme ferroviaire au gouvernement le 22 avril 2013.

 

 

A l'issue de 200 auditions, l'ancien ministre socialiste des Transports et secrétaire général de l'Elysée, Jean-Louis Bianco, chargé d'une mission de concertation par l'actuel gouvernement, a rendu son rapport à Jean-Marc Ayrault et à Frédéric Cuvillier ce 22 avril 2013.

1ère recommandation : réunifier la famille cheminote ;cette "séparation artificielle a entraîné de l'opacité, de la bureaucratie, de la paperasse, et surtout, à travers ces dysfonctionnements, un inacceptable gaspillage du travail humain et un coût élevé".

Il préconise la création de trois entités - qui formeraient le ''pôle public ferroviaire '':

  • - le Gestionnaire d'infrastructure unifié (GIU) composé de RFF (1 500 salariés), de la Direction de la circulation ferroviaire (DCF) et de SNCF Infra. Soit au total, 50 000 personnes. Le GIU conserverait la propriété du réseau ferré et la dette afférente.

  • - le "Transporteur" (la SNCF pour ne pas la nommer),

  • - un "établissement-mère", structure qui coifferait la SNCF et le GIU, avec des mesures pour retrouver un équilibre financier sous le contrôle du parlement.

Mais surtout, le rapport propose d' investir plus dans le ferroviaire :

''La France n’ayant pas suffisamment investi dans les infrastructures ferroviaires existantes au cours des vingt dernières années, un effort considérable de modernisation est aujourd’hui entrepris. Engagé depuis 2008, ce plan de rénovation du réseau existant s’élèvera d’ici 2015 à plus de 13 milliards d'euros au total.

Sur les portions congestionnées du réseau, il faut faire sauter les goulots d’étranglement que constituent les noeuds ferroviaires et les gares saturées pour améliorer substantiellement la qualité du service. Ces investissements devront être pris en compte dans le plan de retour à l’équilibre.

Sur certaines liaisons d’équilibre du territoire, il faut développer une nouvelle offre de transport, s’articulant autour de trains circulant à 200 km/h, utilisant le plus souvent possible les voies existantes et offrant un niveau de service de très bonne qualité avec la mise en route d'un nouveau type de matériel roulant spécifique à ces liaisons. 

Ce maillon manquant entre les TER et les TGV permettrait par ailleurs aux métropoles et territoires actuellement non reliés au réseau ferroviaire à grande vitesse d'envisager des solutions moins onéreuses et donc mises en oeuvre plus rapidement

En terme d’investissements, la priorité doit être donnée dans les prochaines années à la rénovation du réseau existant pour améliorer la qualité du service, en premier lieu pour les trains de la vie quotidienne qui concernent 90% des voyageurs.

 

Pour les projets LGV :

''D’ici 2017, les quatre prolongements des lignes à grande vitesse en cours de réalisation seront menés à leur terme. Le réseau grande vitesse français atteindra ainsi 2 600 km, faisant de lui le deuxième réseau européen''.

Le projet Limoges-Poitiers entre dans les projets à envisager si nécessaire à un horizon beaucoup plus lointain.

Ce rapport conforte la position de la SNCF et les orientations qu'elle a commencé à mettre en place, notamment en lançant, pour nos régions du centre de la France, un vaste plan de modernisation de la ligne historique POLT pour y faire circuler des trains à 200/220km/h. L'annonce du remplacement des rames TEOZ à bout de souffle entre Paris et Toulouse par des TGV Rénovés en attendant les trains nouvelles générations annoncés dans le rapport de la commission Bianco va dans le même sens.

Ce rapport oblige à s'interroger un peu plus sur la volonté de la Préfecture coordinatrice du projet LGV Limoges Poitiers de vouloir passer en force l'enquête publique pour ce projet aberrant. Il apparaît de plus en plus évident qu'avec la modernisation du POLT qui mettra Paris à 2h30 de Limoges dès 2017, et à 2h20 dès la mise en place des nouvelles rames, ce projet Limoges-Poitiers ne correspond plus à rien de sérieux.

La priorité absolue au POLT confirmée

 

Le rapport JL Bianco sur la question du ferroviaire français a été remis ce matin au gouvernement.

Il préconise la priorité absolue des investissements dans la modernisation et la rénovation des lignes existantes et mise en place d’une nouvelle offre de trains d’équilibre du territoire apte à rouler à 200 km/h sur les lignes existantes. Télécharger le rapport de Jean-Louis Bianco

Priorité absolue à la rénovation et la modernisation des lignes existantes

 

Lire la suite : La priorité absolue au POLT confirmée

La Dépèche du Midi cahors 17 avril 2013

La Dépèche du Midi mercredi 17 avril 2013

Contrairement aux affirmations du maire de Limoges A Rodet , le Conseil municipal de CAHORS est trés loin de soutenir la LGV Limoges Poitiers , au contraire dans un article paru dans la Dépèche du Midi . le Conseil municipal unanime exprime son inquiétude quant au possible report de trains de la ligne POLT sur la future LGV Limoges Poitiers.

Cahors. Le soutien unanime à POLT

transport

A l'occasion de la séance du conseil municipal du 10 avril, la totalité des élus a voté favorablement à la motion pour soutenir le Train POLT (Paris Orléans-Limoges-Toulouse). Les élus ont notamment demandé que «POLT soit inscrit dans un schéma directeur de nature à assurer à la ligne son caractère national et à l'inscrire dans un processus de régénération du réseau classique». Les élus cadurciens «exigent que le nombre de circulation de trains ne subisse aucune dégradation supplémentaire» et souhaitent que «s'engage rapidement un plan de renouvellement du matériel roulant» avec notamment l'utilisation des premières lignes Grande vitesse. Enfin, Jean-Marc Vayssouze et ses collègues veulent que «les travaux de rénovation du réseau actuellement en cours» aient «pour finalité une réduction significative du temps de trajet entre Cahors et Paris».

Très impliqué dans ce dossier, Serge Laybros (adjoint PC) a redit sa détermination : «Il faut mettre le paquet pour avoir un axe ferroviaire moderne et performant». Michel Grinfeger (opposition) s'est dit solidaire, en regrettant l'image détériorée de la ligne». A suivre...

Souillac. Un mémorandum pour la ligne Polt

Le samedi 6 avril s'est tenu à la Souterraine (23) le conseil d'administration de l'association Urgence ligne Polt (Paris-Orléans-Toulouse. Jean-Claude Laval, maire de Souillac et secrétaire de l'asso depuis sa création était présent à cette réunion. Il a tenu en à faire part à la population souillagaise.

Quel message voulez-vous passer au Souillagais ?

Tout d'abord leur rappeler que l'association Urgence ligne Polt a prévu une mise à jour du mémorandum qui démontre que cet axe est l'une des trois radiales ferrées dont nous avons besoin et qu'il constitue un outil majeur d'aménagement du territoire non seulement local mais aussi Français et Européen.

Lire la suite : Souillac. Un mémorandum pour la ligne Polt

le popu du 17-04-13: paris Limoges 2h30

le Populaire ''de la Creuse'' le reconnait par le POLT: Limoges-Paris en 2h30 dès 2015

l'article du popualire de mercredi 17 avril 2013:

 La Creuse à 2 heures de Paris dès 2015

La mise en service de rames de TGV recyclées doit permettre à la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (Polt) d’offrir un service compétitif, en temps de parcours et en prix, face à la LGV Limoges-Poitiers.

Un train direct Paris-La Souterraine n’est peut-être pas prévu dans les futures dessertes de la ligne Paris-Orléans-Limoges- Toulouse. Mais La Creuse-Paris en deux heures, ce sera possible, sur le papier, avec la mise en service, à l’horizon 2015, de rames du TGV sud-est « recyclées » sur la ligne Polt. L’annonce en a été faite par le directeur de cabinet du ministre des transports, Emmanuel Kesler. Le remplacement des matériels Corail à bout de souffle par des rames TGV est envisagé depuis au moins trois ans.

Plus vite, sur une voie rénovée

En octobre 2012, le président de la SNCF, Guillaume Pépy, a évoqué cette solution « transitoire » pour des lignes comme Paris-Clermont ou le Polt. Le Polt va donc hériter de trains ayant plusieurs millions de kilomètres au compteur, mais qui lui permettront de rester dans la course. Ces rames TGV offrent un meilleur confort et une meilleure accessibilité (marche plus près du quai) que les trains Corail, et vont plus vite. Ils ont en revanche une plus faible capacité, ce qui peut poser problème pour un nombre desserte équivalent à l’Intercités.

« Les rames TGV vont pouvoir rouler en 2015 à 220 km/h entre Etampes-Guillerval (Essonne) et Argenton-sur-Creuse »,

Lire la suite : le popu du 17-04-13: paris Limoges 2h30