LGV : pour l'économie locale c'est zéro

La Nouvelle République
 
 
Sauzé-Vaussais accueille deux plateformes logistiques pour la construction de la future ligne LGV. Mais le maire espérait davantage de retombées
« Pour l'économie locale, c'est pratiquement zéro, peste-t-il, plus déçu qu'en colère. Ils ont embauché quelques personnes pour travailler dans leurs bureaux. Des femmes de ménage, aussi Mais il n'y a pas dix habitants de chez nous qui travaillent pour eux. Ils sont arrivés avec tout leur personnel, voilà. »

Il y a quelques mois, le chantier pour la future « ligne à grande vitesse Sud-Ouest-Atlantique », la LGV-SEA, est venu poser cabanes et engins aux portes du bourg. La société Coséa a implanté sur la zone artisanale de la Plaine de Limage une cinquantaine de baraques de chantier, créant ex nihilo 735 m2 de bureaux pour accueillir environ soixante-dix personnes.

" Ces gens pensent que la déclaration d'utilité publique leur donne tous les droits "

Côté route de Civray, c'est le groupe Razel-Bec qui prenait ses quartiers, alignant derrière ses préfabriqués la flotte d'engins nécessaires à la réalisation du lot n° 8 : la création de vingt et un kilomètres de voie ferrée entre Chaunay et Villefagnan.

Pratiquement zéro

Entre ces deux plateformes, le maire de Sauzé-Vaussais se frottait les mains : soixante-dix personnes côté Coséa-Vinci, au moins cent cinquante côté Razel-Bec, voilà qui garantissait pour les deux ans à venir les retombées économiques promises par les porteurs du projet. Mais, aujourd'hui, il déchante.

Lire la suite : LGV : pour l'économie locale c'est zéro

rentabiliser la LGV Limoges Poitiers

Photo de M. Jean-François MAYET, sénateur de l'Indre (Centre)
 

Faire n'importe quoi pour rentabiliser la LGV Limoges Poitiers

 M. Jean-François Mayet  Sénateur maire de Châteauroux interroge le gouvernement

 

L'Indre fait partie des dix départements du Centre sinistrés au plan ferroviaire. Dans ce domaine, la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, le POLT, constitue notre seul moyen actuel de transport ferroviaire, mais sa fiabilité, sa vitesse et son confort ressemblent à ceux des années soixante. Elle est aussi notre seule raison d'espérer l'établissement d'une liaison confortable et rapide entre Paris et Toulouse et ainsi la connexion au réseau LGV national et européen. Sa rénovation et sa connexion à la future LGV Paris-Orléans-Clermont-Lyon, le POCL, sont pour nous essentielles.

L'exigence légitime de la Haute-Vienne d'atteindre Paris en deux heures sera ainsi respectée. Nous pourrons alors du Lot, au sud, jusqu'au Cher, au nord, proposer à nos habitants des temps de parcours et un confort dignes de notre époque, dont nos entreprises aussi bénéficieront.

Malheureusement, une partie des élus de la Haute-Vienne ont imaginé, avec ceux de la Vienne, une échappatoire vers Poitiers. De cet accord est né le projet de LGV monovoie Limoges-Poitiers, la contrepartie étant la participation du Limousin au financement du segment LGV manquant entre Poitiers et Bordeaux.

Lire la suite :  rentabiliser la LGV Limoges Poitiers 

L’art des grands projets inutiles

desastre LGVLes grands projets d’aménagement du territoire ne visent pas toujours à satisfaire des besoins. Pour vendre la construction d’une ligne de train à grande vitesse que peu de gens souhaitent utiliser ou celle d’un aéroport dans une région qui n’en nécessite pas, ingénieurs, promoteurs et maîtres d’ouvrage rivalisent d’habileté et de rhétorique. Justifier l’inutile est devenu une véritable culture dont on peut saisir les règles, les rites et les rythmes en lisant la conclusion d’un séminaire — fictif — sur le sujet.

par Alain Devalpo, août 2012 Monde Diplomatique

 

Vous, bâtisseurs de cathédrales du nouveau millénaire, poursuivez un dessein plein d’esprit et de noblesse. Mais la population ne comprend pas toujours le sens de vos rêves. «Votre projet ne sert à rien!», vous oppose-t-on parfois. Comment, dans ces conditions, faire fructifier vos ambitions?

Les intervenants que nous venons d’entendre ont su nous faire partager leur inestimable expérience, et je vais tenter de dégager les axes stratégiques forts qui vous aideront à y parvenir.

Lire la suite : L’art des grands projets inutiles

Dynamisme et LGV

il n'y a aucune corrélation entre le dynamisme d'un territoire et l'arrivée d'une LGV

La scientifique Marie Delaplace affirme à propos de la LGV :"Entre chercheurs, nous sommes tous d'accord pour dire qu'elle n'a pas d'effets structurants en soi. Il n'y a rien d'automatique."

Universitaire, économiste et urbaniste, Marie Delaplace, professeur à l'université Paris-est- Marne-la-Vallée, membre de l'Institut français d'urbanisme et du Lab'Urba, est spécialiste de l'impact des LGV sur le développement local et régional.

son dernier article dans la Charente libre du 27 mars 2013

« Sud Ouest ». Une LGV a-t-elle un effet sur l'économie d'un territoire ?

Marie Delaplace. Non ! Il faut vraiment dépasser ce cliché. Entre chercheurs, nous sommes tous d'accord pour dire qu'elle n'a pas d'effets structurants en soi. Il n'y a rien d'automatique. Quand il y a un impact, c'est à chaque fois dans un contexte très particulier. Sauf exception, il n'y a aucune corrélation entre LGV et dynamisme d'un territoire.

Lire la suite : Dynamisme et LGV

un président intègre, la preuve ?

hollandeintegre04/04/2013 14h05. Pour Copé, «François Hollande est en train de devenir le chef d'un clan.

 Moins de 11 mois après son arrivée au pouvoir, la gauche est frappée par un discrédit sans précédent. Ce qui est en train de se passer en ce moment, ce n'est pas une petite péripétie de la vie politique», a-t-il estimé à Paris lors d'une convention de son parti sur le thème de l'autorité . «Ce dont nous sommes les témoins effarés, c'est du discrédit complet de la majorité du gouvernement, du président. C'est tout un système Hollande qui s'effondre, un système sur lequel il avait bâti son élection.»

Lire la suite : un président intègre, la preuve ?