la position de la SNCF sur le projet LGV POCL

Très attendue... la position de la SNCF sur le projet LGV POCL : c'est la condamnation de la LGV Limoges-Poitiers

Dans son cahier d'acteur POCL n°32 , la SNCF préconise un raccordement qui permettrait la desserte TGV vers Limoges et Brive.

La SNCF, depuis des mois, laissait entendre tout son intérêt pour le projet POCL (Paris Orléans Clermont Lyon) prévu  pour désaturer l'axe TGV Paris-Lyon, saturation qu'elle prévoit pour l'horizon 2025. D'où l'idée de faire d'une pierre deux coups :  doubler Paris Lyon et étendre la desserte à grande vitesse au centre de la France apparaît pour la SNCF comme une opportunité pour l'avenir.

Alors que la SNCF n'a jamais voulu se prononcer sur le bien fondé de la LGV Limoges-Poitiers

Lire la suite : la position de la SNCF sur le projet LGV POCL

La CRI sur le terrain

Opération Klaxonner pour le POLT et contre la LGV Limoges Poitiers

80% contre la LGV, ce vendredi 16 mars sur la RN147!

sur le site de la CRI http://cri.lgv.limogespoitiers.info/

Avec le retour des beaux jours la CRI a organisé une opération ''Klaxonnez pour le POLT et contre la LGV Limoges Poitiers'' ce vendredi 16 mars dans le rond point de la RN 520(ex D 2000) et RN 147 direction Bellac.

l'avis d'une participante :

''Oui, il y avait au moins 80% contre la LGV, ce soir sur la RN147!!!

J'ai participé à la manifestation organisée par la CRI de 17H30 à 18H30 et ce fut un moment de grand plaisir!  
Manifestation bien organisée: au rond point et à la sortie de la 520 (ex D2000) en direction de Bellac, des participants à l'aide de panneaux voyants, demandaient aux automobilistes de klaxonner pour nous soutenir. La très grande majorité le faisait avec un plaisir évident et bien d'autres levaient le pouce ou  nous applaudissaient. Il y avait énormément de voitures, camions et ce fut plus qu'un succès. Alors RFF peut aller se rhabiller avec ses 80% de pour la LGV... ''

Maintenant il faut tout faire pour que ce projet LGV Limoges Poitiers soit définitivement abandonné.


Déchets: ce que nous promettent les candidats

Déchets: ce que nous promettent les candidats

Invités par l’association Amorce à exprimer, le 27 mars, leurs propositions en matière de gestion de déchets, 5 représentants des candidats à la présidentielle se sont frottés à l’exercice du grand oral. Avec plus ou moins de bonheur.

Pour la première fois depuis le début de la campagne, les déchets ont été au cœur des engagements des candidats à la présidentielle. Cet exploit, qui n’a duré que 7 minutes chrono, a été organisé suite aux propositions faites par Amorce le 22 février dernier (voir JDLE). 5 représentants ont accepté l’invitation: Jean-Luc Chanteguet pour le parti socialiste (PS), Jean-Luc Bennahmias pour le Modem, Tony Bernard pour le Front de gauche (FG), Eric Diard pour l’Union pour un mouvement populaire (UMP), et Denis Baupin pour Europe Ecologie-les Verts (EELV).

Lire la suite : Déchets: ce que nous promettent les candidats

tous à la manif

 

Les choses bougent : rendez-vous à la manif

 

 

  • Les travaux de la Commission nationale SNIT chargée pour le gouvernement de hiérarchiser les grands projets, dont les projets LGV, s'accélèrent. D'après nos sources, vers le 20 février ... une première notation des projets et une première         proposition devraient être proposées aux membres de la commission.

Il a semblé important aux associations d'usagers des transports, à des élus et des riverains, de se regrouper avec les opposants à la LGV Limoges-Poitiers, quelques jours avant que des décisions décisives ne soient prises, pour réaffirmer leur opinion sur la pertinence des solutions alternatives à la LGV Limoges Poitiers .

Lire la suite : tous à la manif

Guillaume PEPY, Président SNCF

Guillaume PEPY, Président SNCF

lors du colloque « L’évolution du modèle économique du transport de voyageurs » mai 2014

Après l'adoption de la réforme ferroviaire confortant le rôle du président de la SNCF Guillaume PEPY, ce dernier précise ses objectifs lors du colloque sur l’évolution du modèle économique du transport de voyageurs en France

Son point N° 1 est la priorité au réseau existant et aux transports de la vie quotidienne avec une recommandation : ne pas construire de ligne à grande vitesse supplémentaire.

Ces deux orientations découlent du constat que la France est dans une impasse en matière ferroviaire : aujourd'hui, plus de la moitié des 850 TGV qui circulent chaque jour en France sont déficitaires, amenant à se poser la question de supprimer des services TGV alors que 130 milliards d’euros ont été investis dans ce réseau grande vitesse .

 Pour lui, le statu quo est impossible :

Lire la suite : Guillaume PEPY, Président SNCF