POCL : RFF coupable de fausses affirmations

    Projet LGV-POCL : le débat public s'échauffe

    R FF coupable de fausses affirmations lors de la présentation du POCL à Chateauroux


    Ayant participé à la réunion de Guéret présentant le projet POCL (Paris Orléans Clermont Lyon) de doublement de la ligne LGV Paris Lyon actuelle saturée à l'horizon 2025, en complément de l'intervention à Guéret  ( Al a fin de cette article ''l'intervention à Guéret'')  j'ai souhaité relever, deux affirmations de RFF, reprises par le responsable du débat public que j'estime fausses.

Lire la suite : POCL : RFF coupable de fausses affirmations

La CRI dans la Presse

Compte rendu de la Conférence de presse de la CRI

Dans le ''Populaire'' du dimance 11 décembre 2011 →

et de la journée contre les projets inutiles


ECHOdu 12 décembre:  pour avoir les pages , cliquez sur les images

JP Denanot donne raison à la CRI

JP Denanot donne raison à la CRI (Coordination Riverains et Impactés)

Dans un interview (Le Populaire du 18 décembre 2012), le Président de la Région Limousin débute son propos en affirmant que ''le partenariat public-privé est un piège'' pour l'éventuelle construction de la LGV Limoges Poitiers, au vu de ce qui se passe ailleurs. C'est vrai, c'est ce que nous disons depuis le début : sur la ligne SEA Tours-Bordeaux, le constructeur privé Vinci va pendant plus de 50 ans toucher les péages à chaque passage de trains alors qu'il n'a investi que 27% du coût alors que l'Etat, les collectivités et RFF participent à hauteur de 70% à fonds perdus.

Pour JP Denanot,

il faudra trouver l'argent pour la LGV Limoges Poitiers et ce n'est pas réglé. Il annonce un montant minimisé de ce chantier à 1,2 milliard d'€... erreur ou méconnaissance des chiffres ? C'est inquiétant car RFF qui réalise les études, a annoncé ....

Lire la suite : JP Denanot donne raison à la CRI

Ronan Dantec (sénateur) sur l'avenir des infrastructures de transport

Intervention en séance dans le débat sur l'avenir des infrastructures de transport.

Vous trouverez ci-dessous l'intervention  au sénat de Ronan Dantec dans le débat sur l'avenir des infrastructures de transport.

Fotolia 3417224 XS pont bateau

Madame la Présidente, Monsieur le Ministre, Chers collègues,

Aujourd'hui plus qu'hier, l'avenir des infrastructures de transport doit être avant toute chose placé dans un contexte financier : un contexte de disette budgétaire. L'avenir des infrastructures ne revient donc pas à parler uniquement de leur multiplication ou de leur intérêt mais surtout de leur financement, ce qui nécessite un effort particulier de hiérarchisation.

Je ne vais pas redétailler ici les propositions que j'ai pu avancer dans mon rapport sur le budget des transports routiers pour sortir de cette situation de blocage sur l'écotaxe. Je les rappelle rapidement : supprimer les différences de traitement entre petites et grandes entreprises de transport routier dans l'application de la taxe, envisager des exonérations sectorielles pour le monde agricole, trouver le moyen de contraindre la grande distribution à assumer le coût de l'écotaxe au lieu de le reporter sur les producteurs et les transporteurs, surtaxer les 44 tonnes 5 essieux responsables de la dégradation accélérée des chaussées. Il s'agit aussi de mesurer le report de trafic sur les autoroutes, à compter de l'entrée en vigueur de l'écotaxe, dans le but de récupérer la majeure partie de ces nouveaux bénéfices sur les sociétés privées d'autoroutes, qui n'ont pas à se plaindre suite aux conditions de privatisation des autoroutes.

Parallèlement, l'absence de taxe sur les poids lourds maintient la situation de concurrence déloyale au détriment des modes de transport non routiers, qui devraient pourtant être avantagés car moins polluants et pourtant les seuls à payer leur utilisation des infrastructures alors que nous payons tous pour les routes.

Cinq organisations professionnelles du transport non routier de marchandises (ferroviaire, fluvial, maritime et transport combiné), qui emploient plus de 300 000 salariés en France

Lire la suite :  Ronan Dantec (sénateur) sur l'avenir des infrastructures de transport

5 janvier 2017 : La CRI s'adresse aux partis poliique

5 janvier 2017 : La CRI s'adresse aux partis poliique

Communiqué de presse

 

Top secret !

Le feuilleton de la LGV Limoges-Poitiers aurait dû se terminer avec l’annulation de la Déclaration d’Utilité Publique en avril 2016. Pourtant, en janvier 2017, les emplacements réservés à la LGV figurent toujours sur les documents d’urbanisme, PLU, PLUI … Une frange du monde politique oublie que SNCF Réseau a confirmé la position de la CRI : ces zones réservées au passage du chemin de fer fantôme n’ont plus d’existence légale.

 Quant au Préfet de Haute-Vienne, il estime que le projet justifie que la future RN 147 mise à deux fois deux voies soit détournée le long du tracé de la LGV fantôme. Sa position est évidemment irrationnelle, pour ne pas dire farfelue ; mais elle lui est dictée par la politique, discréditant ainsi un peu plus le « personnel politique d’envergure nationale ».

Dans ces conditions, la CRI vient de s’adresser aux partis politiques

Lire la suite : 5 janvier 2017 : La CRI s'adresse aux partis poliique