La chronique des impactés

Le 5 mai l'association Barrage dont je me trouve être le Président organise une réunion publique à propos de la LGV Limoges Poitiers.

Suite à cette réunion,de nombreuses associations, après avoir pris connaissance de ce dossier, ont décidé d'informer leur population sur ce projet ahurissant. "
02 juin:
Organisation d’une réunion du Collectif à Bonnac.
09 juin
: Manifestation devant le Conseil Régional.

Lire la suite : La chronique des impactés

1e 12 décembre BARRAGE invite

Le mercredi 12 décembre l'association BARRAGE NATURE ENVIRONNEMENT tient son assemblée générale ouverte à tous .

 Cest d'abord une réunion pour fêter ensemble le renouvellement de l'agrément de BARRAGE comme association agréée, au niveau départemental, pour la protection de l'environnement. Il s'agit là, au moment où le dérèglement climatique devient une évidence subie, où le rôle de l'homme et de ses activités dans ce dérèglement est enfin pointé du doigt, d'une reconnaissance, de la part de toutes les structures administratives et préfectorales, du rôle important d'expertise que joue BARRAGE sur ces questions.

 

Nous avons contribué à des avancées positives sur de nombreux dossiers, nous en discuterons le 12 décembre, des nuages demeurent voire s'assombrissent pour virer au noir.

Deux exemples :

L'eau : la communauté urbaine de Limoges va prendre à partir du 1er janvier la compétence de la gestion de l'eau (6 communes sont en régie, 14 sont gérées par la SAUR), chacun va garder son statut, mais on parle d'une harmonisation des tarifs, les habitants des communes en régie payent 3,20 €/m3(eau et assainissement sans abonnement) les habitants des communes gérées par la SAUR payent 5€ -5,40€ /m3 avec un abonnement de 45 à 75€, d'après vous comment va se faire l'harmonisation si nous, nous laissons faire ?

 

La gestion des déchets et l'incinérateur, suite à notre action le projet initial de 2016 de la création d'un nouvel incinérateur plus grand à l'emplacement actuel a été repoussé, le cabinet Merlin a été chargé de revoir sa copie. Un nouveau projet vient d'être remis au bureau de la nouvelle communauté urbaine de Limoges. Des désaccords majeurs demeurent : pas de proposition pour réduire significativement les déchets, pas de collecte des-bio déchets, pas de paiement au poids ou au nombre de poubelles sorties, pas de débats sur le lieu de la nouvelle implantation programmée... le 12 on vous informe, on débat et on décide de nos actions à venir.

Lire la suite : 1e 12 décembre BARRAGE invite

un nouvel exemple des manques du dossier de RFF.

LGV LP : vers la mise à l'enquête publique fin 2012 (suite) lu sur le site de la CRI : http://cri.lgv.limogespoitiers.info

RFF est-il un porteur de projet fiable ? : un nouvel exemple.
Après l'exemple du Palais nous vous proposons un 2ème exemple '' le domaine de Boissour-Le Queyroix, 87140, Chamborêt'' sur les pratiques de RFF entre mépris, oublis, ou volonté de nier les problèmes pour imposer un projet à moindre frais

Lire la suite : un nouvel exemple des manques du dossier de RFF.

L’érosion de la biodiversité, une menace pour l’humanité

L’érosion de la biodiversité, une menace pour l’humanité

Le 23 mars 2018 par Romain Loury             


  La biodiversité connaît une crise sur tous les continents, mettant en danger l’humanité, selon 
quatre rapports régionaux (*) publiés vendredi 23 mars par l’IPBES, le «Giec de la biodiversité». Parmi les principaux facteurs de pression, l’agriculture, la déforestation, le changement climatique et les espèces invasives.

Approuvés par les représentants des 129 Etats membres de l’IPBES[i], lors de sa 6ème session plénière qui se déroule du 17 au 24 mars à Medellín (Colombie), ces quatre rapports, chacun relatif à une zone géographique (Afrique, Amériques, Asie/Pacifique, Europe/Asie centrale), dressent un tableau bien sombre de l’état de la biodiversité. Car à quelques petites exceptions, comme la hausse mondiale des surfaces protégées, tous les indicateurs sont au rouge.

L’HOMME, COUPABLE ET VICTIME

Cette sixième extinction massive –la cinquième remontant à la transition Crétacé-Paléogène, il y a 65 millions d’années avec la disparition des dinosaures- s’illustre par un taux de disparition des espèces 100 fois plus élevé que dans les périodes de stabilité. Et l’homme est sans conteste la cause principale, voire unique, de ces disparitions en masse.

Bien au-delà de quelques espèces emblématiques, cette chute de la biodiversité constitue pour l’humanité une menace aussi inquiétante que le changement climatique. Exemple, les pollinisateurs, objet du premier rapport de l’IPBES (publié en février 2016), dont le déclin mondial pose un défi majeur en termes de sécurité alimentaire.

«La biodiversité et les contributions de la nature à l’humanité ne semblent, pour beaucoup de gens, que de nature académique et très éloignées de la vie quotidienne», note le président de l’IPBES, Robert Watson.

Lire la suite : L’érosion de la biodiversité, une menace pour l’humanité