Radiofréquences: pour l'OMS il y a un risque de cancer

Radiofréquences : faudra-t-il attendre un nouveau scandale sanitaire ?
Avec l'association ''Barrage'' au Palais sur Vienne nous étions bien seuls à poser la question des ondes électromagnétiques des radiofréquences, lors de notre combat contre l'installation d'antenne de téléphonie mobile à proximité d'habitations

L' OMS (organisation Mondiale pour la Santé) vient de les classer définitivement dans le groupe 2B ( probablement cancérigène pour les humains), un des cinq niveaux de la classification qui définit des produits "peut-être cancérogènes pour l'homme". Le nouveau classement est identique à celui de la laine de verre et des vapeurs d'essence.

Lire la suite : Radiofréquences: pour l'OMS il y a un risque de cancer

pas besoin d'un référendum pour sortir du nucléaire

Chaîne humaine : 60 000 personnes pour la sortie du nucléaire !

Un an après la catastrophe de Fukushima, Hier, dimanche 11 mars, nous étions plus de 60 000 personnes rassemblées entre Avignon et Lyon pour montrer notre volonté de sortir du nucléaire !

cet immense succès prouve une fois de plus la prise de conscience des Français autour des dangers de l'énergie nucléaire ! Il faut en sortir au plus vite, au profit d'investissements durables dans les énergies renouvelables.

535743559
à cette occasion (premier anniversaire de l’accident de Fukushima)  Eva Joly, présente dans la chaîne humaine sur la N7 au niveau de la centrale de nucléaire du Cruas-Meysse, s'est réjouie de cette "magnifique mobilisation citoyenne pour la sortie du nucléaire" et a déclaré :

« Je me félicite de cette mobilisation citoyenne. Etre présente aujourd’hui, entourée de ces milliers de personnes, est un moment fort pour moi et tous ceux en France qui souhaitent une sortie organisée du nucléaire. La chaîne humaine est la démonstration qu’il existe des citoyens et citoyennes qui veulent lever le tabou du nucléaire, qui veulent sortir des mythes qui entourent cette énergie : sûreté, compétitivité, essor industriel, indépendance. Je veux que la France sorte de la préhistoire énergétique, qu’elle prépare l’avenir de son industrie, qu’elle entame sa transition écologique ».





le 30 mars au Palais : vers un nouvel incinérateur ?

CONSTRUIRE UN NOUVEL INCINERATEUR A BEAUBREUIL EST-CE LA SEULE SOLUTION POUR TRAITER LES DECHETS OU EXISTE-T-IL UNE ALTERNATIVE POSSIBLE ?

Telle était la question que souhaitaient aborder les différents représentants des associations qui avaient proposé ce débat mercredi 30 mars au Palais sur Vienne.

C’est devant une salle bien remplie que pendant plus de 2h  les représentants des associations Yvan Tricart pour Barrage Nature Environnement, Thibault Turchet pour ZeroWaste, Martine Laplante pour les Amis de la Terre, Philippe Clair pour le Conseil de quartier de Beaubreuil, Didier Tescher 1er Adjoint de Rilhac, Jean Louis Pagès Conseiller Régional ont pu présenter, en s’appuyant sur les lois nouvelles, les directives européennes, les nouvelles compétences de la Région en matière de gestion des déchets,  l’alternative qu’ils proposent à la place du projet d’un nouvel incinérateur.

Pourquoi engager le débat maintenant :

L’Agglomération de Limoges ayant en 2015 lancé le débat sur le projet de construction d’un nouvel incinérateur au même endroit que l’actuel (dont la fin de vie est prévue pour 2022), il est apparu opportun aux associations concernées de faire connaître ce projet, sans attendre l’enquête publique qui ne portera alors que sur le choix retenu par les décideurs, sans pouvoir se prononcer sur les alternatives possibles.

Questions abordées :    

Lire la suite : le 30 mars au Palais : vers un nouvel incinérateur ?

Compteurs Linky: Des gains "insuffisants" pour le consommateur

L'UFC-Que Choisir : Des gains "insuffisants" pour le consommateur, l'association lance une pétition pour changer le financement des compteurs Linky

La Cour des comptes a publié un rapport début février, soulignant que le déploiement du compteur communicant d'Enedis coûtera 5,4 milliards d'euros. Une somme supportée en partie par les consommateurs.

L\'UFC-Que Choisir lance, jeudi 8 mars, une pétition pour que les consommateurs n\'aient pas à payer le déploiement des compteurs électriques Linky.L'UFC-Que Choisir lance, jeudi 8 mars, une pétition pour que les consommateurs n'aient pas à payer le déploiement des compteurs électriques Linky. (GARO / PHANIE / AFP) L'association ne veut plus que le consommateur mette la main à la poche. UFC-Que Choisir a lancé, jeudi 8 mars, une pétition pour que les consommateurs n'aient pas à payer le déploiement des compteurs électriques Linky. Le déploiement de Linky par Enedis, filiale d'EDF, a débuté il y a plus de deux ans et est encore en cours en France. Ce compteur communique les informations relatives à la consommation d'électricité des usagers directement au fournisseur.

"Vous allez payer 15 euros par an pendant dix ans pour permettre à Enedis d'installer un compteur communicant pour lequel vous n'avez aucune contrepartie", interpelle UFC-Que choisir dans une pétition qui a déjà recueilli plus de 47 000 signatures.

Des gains "insuffisants" pour le consommateur

Lire la suite : Compteurs Linky: Des gains "insuffisants" pour le consommateur

​Pour des alternatives au projet du nouvel incinérateur

Dès maintenant retenir le 30 Mars 2016 Le Palais sur Vienne Salle des fêtes. 

Pour des alternatives au projet du nouvel incinérateur sur l'agglomération de Limoges

Alors que s'est tenue à Paris la COP21 fixant pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre pour ralentir le réchauffement climatique, l'Agglomération de Limoges, responsable du traitement des déchets, se propose de construire un nouvel incinérateur plus gros et plus puissant en lieu et place de celui existant arrivé en fin de vie .

Au départ , en 1989, avait été prévu un incinérateur pour traiter les seules ordures ménagères de l'Agglomération de Limoges le civisme et la démarche de tri des citoyens ont permis de réduire le volume des déchets, mais plutôt que de diminuer la taille de l'incinérateur, les décideurs ont décidé en 2002 de l’agrandir pour accepter les déchets assimilables venant du CHU, des industriels de l'Agglomération, puis comme l'incinérateur était toujours en sous utilisation, décision fut prise de recevoir tous les déchets de la Haute-Vienne en 2012 suite à l'incapacité du département de réaliser une solution alternative pérenne.

​D'une capacité de 110 000 tonnes par an, il fonctionne actuellement à 99% de ses possibilités.

Le projet de nouvel incinérateur est envisagé pour brûler en plus les déchets de la Creuse.

Lire la suite : ​Pour des alternatives au projet du nouvel incinérateur