Valdi est aujourd'hui classée SEVESO haut

Communiqué de presse

BARRAGE, association d’usagers agréée pour la protection de l'environnement,

Agrément n° 2629, membre de Limousin Nature Environnement, organise une :

le site de l'association : http://associationbarrage.pagesperso-orange.fr

Réunion d'information

Jeudi 8 décembre 2011 à 20h00

Salle Simone Signoret rue Maryse Bastié

avec la participation d'Antoine Gatet , juriste, membre du CODERST et de Limousin Nature Environnement (LNE)

Alors que Barrage conteste au Tribunal administratif l'arrêté préfectoral autorisant le doublement de la capacité de l'usine VALDI, pour l'association les risques encourus par les riverains et les salariés, ainsi que les mesures de sécurité à mettre en œuvre n'étaient pas suffisamment évalués, l'histoire donne en partie raison à Barrage:  les normes pour ce type d'entreprise viennent d'évoluer et Valdi est aujourd'hui classée SEVESO haut.

Lire la suite : Valdi est aujourd'hui classée SEVESO haut

tentative d'intimidation dangereuse à l'encontre d'un juriste

 Tentative d'intimidation dangereuse à l'encontre d'un juriste

 Antoine Gatet, juriste de France Nature Environnement, nous a, à plusieurs reprises, aidés dans les actions en justice de BARRAGE NATURE ENVIRONNEMENT contre diverses atteintes à l'environnement que nous avons eues à traiter, Wattelez, VALDI, l'incinérateur de Limoges, la COVED à Panazol, la pollution du Ruisseau du Palais.

Pour avoir participé à un reportage de France 3 Limousin, Antoine Gatet a reçu la visite des gendarmes d'Egletons à son domicile à la demande du Parquet de Tulle, le samedi 30 mai 2020, dans le cadre d'une enquête ouverte pour violation de domicile, et il sera prochainement convoqué devant le juge.

Cette convocation est profondément inquiétante puisqu’elle met en lumière une tentative d'intimidation dangereuse à l'encontre d'un juriste qui agissait dans le cadre de ses fonctions.

 

Les faits

Lire la suite :  tentative d'intimidation dangereuse à l'encontre d'un juriste 

Alvéol Bellac : transfert des pneus du site Wattelez

Alvéol Bellac : transfert des pneus du site Wattelez (Le Palais sur Vienne) où en sommes nous ?

 

Durant l'été le collectif '' environnemental'' créé à Bellac pour contester l’enfouissement des déchets caoutchouteux à Alvéol a mené plusieurs initiatives sans que l'on puisse bien comprendre quel est l'objectif réel poursuivi.

 

Au départ, le site Alvéol était prévu pour recevoir 30 000 tonnes par an d'ordures ménagères des communes de la Haute-Vienne hors Agglomération de Limoges, et les déchets ultimes issus des déchetteries et de différentes activités économiques. Mal conçu, le traitement des ordures ménagères a généré des pollutions et odeurs incontrôlables. Ce fut un échec total dénoncé par les associations unanimes. Le 24 mai 2012, sous l'injonction de la préfecture, le Comité syndical (SYDED) a enfin décidé l'arrêt des envois des ordures ménagères à Bellac, redirigées sur l'incinérateur de l'agglomération de Limoges/Le Palais provoquant un fonctionnement à capacité maximum de l'incinérateur.

 

Depuis cette date 2012, et bien avant que la question des déchets Wattelez ne se pose, le site a été réorganisé pour enfouir les déchets non valorisables, non-dangereux, non-fermentescibles issus soit des activités économiques soit des déchetteries. Actuellement et pour 30 ans, sous contrôle de la puissance publique le site peut recevoir plus de 1,6 millions de tonnes de déchets pouvant venir de toute la haute-Vienne et même des départements limitrophes (arrêté préfectoral du 26 juillet 2016). L'objectif est de supprimer toutes les décharges sauvages, c'est une démarche que nous soutenons.

 

Aujourd'hui le site surveillé et contrôlé répond-il aux exigences environnementales? Oui, comme on a pu le constater lors de la dernière CSS (Commission de surveillance) du 27 janvier 2017 pour la partie stockage des produits non recyclables, même si des problèmes demeurent, liés au stockage des ordures ménagères de 2009 à 2012

 

Alors qu'en est-il des 60000 tonnes de déchets caoutchouteux de Wattelez abandonnés sur les 25 ha du site depuis 25 ans ?

 

Le consortium Wattelez, durant ces 25 ans, a utilisé toutes les procédures judiciaires pour essayer d'échapper à ses obligations de dépollution du site de l'usine Wattelez qu'il a exploité pendant plus de 70ans . En bord de Vienne, les terres ont été polluées, entre autres, par le fonctionnement de l'usine et les produits utilisés par Wattelez pour récupérer le caoutchouc des pneus, bottes, chaussures... A proximité d'une cité HLM, en 25ans, c'est devenu un terrain de jeux extrêmement dangereux (paintball et airsoft), sources d'incendies, accidentels ou volontaires ... Ce terrain doit être dépollué impérativement.

 

En 2015, la justice a tranché : le Conseil d’État, sans aucun recours possible a reconnu Wattelez responsable de la pollution du site et sommé ce dernier, sans aucun délai de nettoyer le site ; les bâtiments de l'usine ont été démolis en 2016, une étude d'ANTEA commandée par l'Agglomération de Limoges, complétée par une étude de Suez ont répertorié, sur plus de 500 pages, une description détaillée de la pollution des sols et les tas de déchets caoutchouteux qui doivent être enlevés avant tout traitement du site.

 

Ce qui ressort des études :

Lire la suite : Alvéol Bellac : transfert des pneus du site Wattelez

EXIGEONS UN MORATOIRE SUR LES ÉPANDAGES!

EXIGEONS UN MORATOIRE SUR LES ÉPANDAGES!

  • Les épandages ont repris, parfois à quelques mètres de nos fenêtres de confinés!
  • L’Etat a ratiboisé les ridicules « zones de non traitement » à 3 et 5 mètres des habitations.
  • Les pesticides forment des particules fines, qui transportent le virus, comme nous le décryptons dans une tribune publiée dans Le Monde.
  • NE RESTONS PAS SANS REACTION!
  • Ecrivons, alertons, sonnons à toutes les portes pour réveiller ceux qui autorisent ces épandages toxiques. Nous vous proposons 2 jeux de cartes postales – le premier numérique, le second à imprimer et envoyer par La Poste – pour sonner les cloches de… tout le monde! Elus de tous bords, préfets, agence régionale de santé… personne ne doit échapper à notre alerte.
  • Carte postale à télécharger et à envoyer par mail
  • Carte postale à télécharger, imprimer et à envoyer par La Poste