VALDI encore !

Alors que VALDI se vente de son prix Européen ''Best life Environment 

Les Amis de la terre organisent les prix Pinocchio du développement durable

 

ERAMET propriétaire de Valdi le Palais est dans les nominés

voir info sur le site del'association ''Barrage'' 

Politiques énergétiques

Paul Ariès : « Le nucléaire civil est une barbarie industrielle »

lu sur le site Basta !

 

Paul Ariès est politologue, directeur du journal Le Sarkophage, et auteur de La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance, publié aux éditions de La Découverte. Il décrypte le lien très étroit entre le choix du nucléaire civil et celui d’une société éternellement tournée vers la croissance et le consumérisme. Favorable à l’abandon du nucléaire, il lance un appel pour la création d’un tribunal d’opinion afin de dénoncer les crimes du nucléaire civil.

Entretien.

Lire la suite : Politiques énergétiques

le 30 mars au Palais : vers un nouvel incinérateur ?

CONSTRUIRE UN NOUVEL INCINERATEUR A BEAUBREUIL EST-CE LA SEULE SOLUTION POUR TRAITER LES DECHETS OU EXISTE-T-IL UNE ALTERNATIVE POSSIBLE ?

Telle était la question que souhaitaient aborder les différents représentants des associations qui avaient proposé ce débat mercredi 30 mars au Palais sur Vienne.

C’est devant une salle bien remplie que pendant plus de 2h  les représentants des associations Yvan Tricart pour Barrage Nature Environnement, Thibault Turchet pour ZeroWaste, Martine Laplante pour les Amis de la Terre, Philippe Clair pour le Conseil de quartier de Beaubreuil, Didier Tescher 1er Adjoint de Rilhac, Jean Louis Pagès Conseiller Régional ont pu présenter, en s’appuyant sur les lois nouvelles, les directives européennes, les nouvelles compétences de la Région en matière de gestion des déchets,  l’alternative qu’ils proposent à la place du projet d’un nouvel incinérateur.

Pourquoi engager le débat maintenant :

L’Agglomération de Limoges ayant en 2015 lancé le débat sur le projet de construction d’un nouvel incinérateur au même endroit que l’actuel (dont la fin de vie est prévue pour 2022), il est apparu opportun aux associations concernées de faire connaître ce projet, sans attendre l’enquête publique qui ne portera alors que sur le choix retenu par les décideurs, sans pouvoir se prononcer sur les alternatives possibles.

Questions abordées :    

Lire la suite : le 30 mars au Palais : vers un nouvel incinérateur ?

Masques : l'exception Française

Masques : l'exception Française

La France est le seul pays dans le monde à se lancer dans le déconfinement en créant une nouvelle norme de masques dits ''grand public''

Quelle protection pour la population?

 D'abord pourquoi en sommes nous arrivés à cette exception française ?

 Reprenons le déroulement chronologique des évènements que nous venons de vivre :

 

- Alors que les 3 premiers cas de coronavirus ont été déclarés en France le 24 janvier avant l'Italie, et que l'OMS, avec retard certes, a lancé le 30 janvier une alerte urgence santé publique de portée internationale, aucune mesure de protection n'est proposée en France pendant les 40 jours qui suivent ces alertes ; en Allemagne, dès janvier, l'alerte de l'OMS provoque des mises à disposition de masques et tests à grande échelle.

 En France, au contraire, la Ministre de la santé, A.BUZYN annonce que nous sommes prêts, que nous aurions des dizaines de millions de masques en réserve en cas d'épidémie.

le 22 février, Jérôme Salomon continue d'affirmer qu'ils ont débloqué les masques et les tests nécessaires, refusant les propositions d'entrepreneurs en liaison avec notamment la Chine pour fournir des masques.

Le 29 février, il y a un conseil des ministres avec deux points à l'ordre du jour : les élections municipales des 15 et 22 mars et le coronavirus; les points abordés seront le maintien des municipales et l'autorisation du 49,3 sur les retraites.

Le 2 mars, l'OMS demande des mesures agressives contre la pandémie en cours.

Le 4 mars, la porte-parole du gouvernement continue à annoncer qu'il n'y a rien à craindre, le plan stratégique pour les pandémies ne sera jamais enclenché, le haut conseil à la santé publique n'est pas activé, mais le Président crée un conseil scientifique avec des gens nommés par l'Elysée.

Le 13 avril, le Président a décidé un déconfinement progressif pour le 11 mai en commençant par les écoles créant un sentiment d'inquiétude dans les familles et chez les enseignants (la sécurité sanitaire sera-t-elle assurée, y aura-t-il les moyens pour bien se protéger : masques, tests?).

Le conseil scientifique qui n'a pas été consulté s'est d'ailleurs prononcé contre une rentrée à cette date, proposant un report en septembre.

Devant les interrogations sur la demande de moyens de sécurité et l'incapacité de fournir des masques de protection aux normes internationales, le gouvernement crée une nouvelle catégorie de masques typiquement française " les masques en tissu grand public " et il demande à l'AFNOR (association d’élaboration de normes) de créer une nouvelle norme de masque.

Sur le site de l'AFNOR on peut lire :

Lire la suite : Masques : l'exception Française

Valdi :Historique

VALDI : 10ans d'actions pour obtenir un fonctionnement normal

 

En 2001, la société VALDI/VLP du Palais sur Vienne spécialisée dans la récupération de métaux à partir de déchets issus de l’industrie pétrochimique a été autorisée à démarrer son activité sur le site de la CGEP qui venait de fermer ses portes entrainant plus de 200 licenciements. Valdi en promettant la création future de 100 emplois est apparue comme le sauveur du site. Activité classée dangereuse, elle est encadrée par un arrêté préfectoral  . Malgré nos remarques, cet arrêté fut pris à minima. De 2001 à 2009, il y a eu 3 accidents (dont un ayant entrainé 6 blessés) et 4 mises en demeure; après chaque accident ou mise en demeure, un nouvel arrêté a été promulgué prenant en compte les leçons de l'accident.

 

Personne au Palais sur Vienne ne souhaite revivre l'expérience du passé !

Valdi n'a respectéla loi en matière de sécurité, pour les salariés comme pour les riverains et l'environnement que sous la pression de l'association Barrage, des riverains, de mises en demeure successives de la DRIRE et de divers Arrêtés préfectoraux (bruits, rejets dans l'atmosphère ou dans l'eau... ). Pendant 5 ans VALDI a pollué 16 fois la norme en dioxyde de soufre; odeurs nauséabondes, bruits et pollutions diverses continuent aujourd'hui.... Photos de 2009

 

Lire la suite : Valdi :Historique