VALDI encore !

Alors que VALDI se vente de son prix Européen ''Best life Environment 

Les Amis de la terre organisent les prix Pinocchio du développement durable

 

ERAMET propriétaire de Valdi le Palais est dans les nominés

voir info sur le site del'association ''Barrage'' 

Politiques énergétiques

Paul Ariès : « Le nucléaire civil est une barbarie industrielle »

lu sur le site Basta !

 

Paul Ariès est politologue, directeur du journal Le Sarkophage, et auteur de La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance, publié aux éditions de La Découverte. Il décrypte le lien très étroit entre le choix du nucléaire civil et celui d’une société éternellement tournée vers la croissance et le consumérisme. Favorable à l’abandon du nucléaire, il lance un appel pour la création d’un tribunal d’opinion afin de dénoncer les crimes du nucléaire civil.

Entretien.

Lire la suite : Politiques énergétiques

un point sur Wattelez pour bien préciser la position de Barrage

Ci joint : un point sur Wattelez pour bien préciser la position de Barrage

Alvéol Bellac : le transfert des pneus du site Wattelez (Le Palais sur Vienne), aller au bout d'une logique d'un coté ou de l'autre.

Barrage Nature Environnement , association agréée pour la protection de l’environnement - Agrément n° 2629

Au départ le site Alvéol, situé sur la commune de Peyrat-de-Bellac et inauguré en 2009 était prévu pour recevoir 30 000 tonnes par an d'ordures ménagères des communes de la Haute-Vienne, hors Agglomération de Limoges, et les déchets ultimes issus des déchetteries, et des différentes activités économiques.

Mal conçu, le traitement des ordures ménagères dans une ''Unité de Traitement Mécano-Biologique'' afin d'accélérer le processus de décomposition a généré des pollutions et odeurs incontrôlables. Ce fut un échec total du procédé. Dès le début, au nom de l'association Barrage Nature Environnement représentant Limousin Nature Environnement dans la CSS, (commission de surveillance et de sécurité dont nous sommes membres), constatant l'échec, les pollutions et les odeurs engendrées, nous avons exigé l'arrêt immédiat de l'arrivée des ordures ménagères à Alvéol. Il a fallu une bonne année d'action avec les associations riveraines de Bellac pour être entendu.

Nous avons eu cette exigence sachant que les 30000 t d'ordures ménagères par an allaient être redirigées sur l'incinérateur de l'agglomération de Limoges, à proximité immédiate du Palais sur vienne, où se situe le gros de nos adhérents, provoquant une hausse de l'activité de l'incinérateur et donc plus de problèmes de pollution locale. Mais il y avait un problème de santé publique urgent à régler à Bellac. Comme dans toutes nos actions nous avons eu une position hautement responsable.

Le 24 mai 2012, sous l'injonction de la préfecture, le Comité syndical (SYDED) a enfin décidé l'arrêt des envois des ordures ménagères à Bellac, redirigées sur l'incinérateur de l'agglomération de Limoges.

Depuis cette date, le site a été réorganisé, agrandi, pouvant pendant 30 ans recevoir plus de 1,6 millions de tonnes de déchets non valorisables, non-dangereux, non-fermentescibles: issus soit des activités économiques, soit des déchetteries. Il reçoit actuellement 22000 tonnes de déchets pour une capacité de 80000 tonnes par an, déchets peuvent provenir de toute la haute-Vienne et même des départements limitrophes (arrêté préfectoral du 26 juillet 2016) cet élargissement aux départements limitrophes a provoqué notre opposition car d’après nous, il devrait y avoir un centre d'enfouissement contrôlé par la puissance publique pour stocker les déchets non recyclables par département. Mais la majorité départementale a voté cet élargissement.

Aujourd'hui le site surveillé et contrôlé répond-il aux exigences environnementales? Oui, comme on a pu le constater lors de la dernière CSS (Commission de surveillance) du 27 janvier 2017 pour la partie stockage des produits non recyclables, mais des problèmes demeurent, liés au stockage des ordures ménagères de 2009 à 2012, les lixiviats continuent à être déversés dans un affluent de la gartempe à raison de 2% du débit du cours d'eau et les bio gaz sont brûlés dans une torchère, tout cela est source de pollution et d'odeurs et aurait dû être réglé depuis longtemps pour les habitants de Peyrat de Bellac et Bellac .

Alors qu'en est-il des pneus de Wattelez ? Dépolluer les 25 ha du site Wattelez au Palais sur Vienne est une nécessité

Lire la suite : un point sur Wattelez pour bien préciser la position de Barrage

Masques : l'exception Française

Masques : l'exception Française

La France est le seul pays dans le monde à se lancer dans le déconfinement en créant une nouvelle norme de masques dits ''grand public''

Quelle protection pour la population?

 D'abord pourquoi en sommes nous arrivés à cette exception française ?

 Reprenons le déroulement chronologique des évènements que nous venons de vivre :

 

- Alors que les 3 premiers cas de coronavirus ont été déclarés en France le 24 janvier avant l'Italie, et que l'OMS, avec retard certes, a lancé le 30 janvier une alerte urgence santé publique de portée internationale, aucune mesure de protection n'est proposée en France pendant les 40 jours qui suivent ces alertes ; en Allemagne, dès janvier, l'alerte de l'OMS provoque des mises à disposition de masques et tests à grande échelle.

 En France, au contraire, la Ministre de la santé, A.BUZYN annonce que nous sommes prêts, que nous aurions des dizaines de millions de masques en réserve en cas d'épidémie.

le 22 février, Jérôme Salomon continue d'affirmer qu'ils ont débloqué les masques et les tests nécessaires, refusant les propositions d'entrepreneurs en liaison avec notamment la Chine pour fournir des masques.

Le 29 février, il y a un conseil des ministres avec deux points à l'ordre du jour : les élections municipales des 15 et 22 mars et le coronavirus; les points abordés seront le maintien des municipales et l'autorisation du 49,3 sur les retraites.

Le 2 mars, l'OMS demande des mesures agressives contre la pandémie en cours.

Le 4 mars, la porte-parole du gouvernement continue à annoncer qu'il n'y a rien à craindre, le plan stratégique pour les pandémies ne sera jamais enclenché, le haut conseil à la santé publique n'est pas activé, mais le Président crée un conseil scientifique avec des gens nommés par l'Elysée.

Le 13 avril, le Président a décidé un déconfinement progressif pour le 11 mai en commençant par les écoles créant un sentiment d'inquiétude dans les familles et chez les enseignants (la sécurité sanitaire sera-t-elle assurée, y aura-t-il les moyens pour bien se protéger : masques, tests?).

Le conseil scientifique qui n'a pas été consulté s'est d'ailleurs prononcé contre une rentrée à cette date, proposant un report en septembre.

Devant les interrogations sur la demande de moyens de sécurité et l'incapacité de fournir des masques de protection aux normes internationales, le gouvernement crée une nouvelle catégorie de masques typiquement française " les masques en tissu grand public " et il demande à l'AFNOR (association d’élaboration de normes) de créer une nouvelle norme de masque.

Sur le site de l'AFNOR on peut lire :

Lire la suite : Masques : l'exception Française

Valdi :Historique

VALDI : 10ans d'actions pour obtenir un fonctionnement normal

 

En 2001, la société VALDI/VLP du Palais sur Vienne spécialisée dans la récupération de métaux à partir de déchets issus de l’industrie pétrochimique a été autorisée à démarrer son activité sur le site de la CGEP qui venait de fermer ses portes entrainant plus de 200 licenciements. Valdi en promettant la création future de 100 emplois est apparue comme le sauveur du site. Activité classée dangereuse, elle est encadrée par un arrêté préfectoral  . Malgré nos remarques, cet arrêté fut pris à minima. De 2001 à 2009, il y a eu 3 accidents (dont un ayant entrainé 6 blessés) et 4 mises en demeure; après chaque accident ou mise en demeure, un nouvel arrêté a été promulgué prenant en compte les leçons de l'accident.

 

Personne au Palais sur Vienne ne souhaite revivre l'expérience du passé !

Valdi n'a respectéla loi en matière de sécurité, pour les salariés comme pour les riverains et l'environnement que sous la pression de l'association Barrage, des riverains, de mises en demeure successives de la DRIRE et de divers Arrêtés préfectoraux (bruits, rejets dans l'atmosphère ou dans l'eau... ). Pendant 5 ans VALDI a pollué 16 fois la norme en dioxyde de soufre; odeurs nauséabondes, bruits et pollutions diverses continuent aujourd'hui.... Photos de 2009

 

Lire la suite : Valdi :Historique